• Misère

    28.10.17

    Misère     Une bouteille de vodka à la main gauche. Une cigarette à la main droite. Le tabac qui empeste dans l'appartement. Le désordre qui s'accumule. Tout comme les pensées. De sinistres pensées.

    Se regarder dans le miroir. Derrière ce visage souriant, derrière ces beaux cheveux noirs et raides, se cachaient de réelles cicatrices.

    Je m'étais relevée. Pourtant, j'étais revenue au point de départ. Ma rencontre avec cette fille c'était fait lors d'une journée spéciale consacrée à notre université. Elle semblait très timide, elle avait de longs cheveux bouclés, rouges pétants. Nous nous sommes vite bien entendues malgré nos différences. Qui aurait cru que notre amitié se terminerait ainsi ?

    Nous sommes devenues très proches. Mais Francis nous a éloigné. J'ai commencé à me reprocher de lui, celui qu'elle aimait, j'en étais certaine même si elle se voilait la face. J'ai tout de suite compris quel genre de personne il était, j'ai agi en fonction de ses attentes, je me suis montrée comme la femme parfaite.

    Nous étions similaires lui et moi, nous avons vite partagé plus qu'une simple amitié. Et pourtant, cette fille, que je considérais comme mon amie, je la voyais me fuir, m'insulter, me détester et aller très mal. Les coupures saignantes sur ses jambes montraient sa souffrance.

    J'ai voulu la soutenir, en vain, mais elle ne cessait de me rejeter. Puis, un accident. Je ne voulais pas qu'elle aille voir Francis avant moi, alors j'ai pris ma voiture, fatiguée, déconcentrée, je reçois des appels de cette fille. Je me dis qu'elle va faire une bêtise si je ne réponds pas. Je décroche mon téléphone et au moment où je relève la tête, j'étais passée au feu rouge, je tente d'éviter la voiture en face de moi. Cette voiture où je vois une famille. Peu importe si je meurs, la vie d'une famille compte bien plus que la mienne.

    Je rentre un poteau. Ma voiture n'est plus utilisable, je suis sous le choc, je commence à angoisser, je n'arrive pas à me calmer. Francis vient m'aider, à ce moment-là, il n'y a plus que lui qui compte. Le seul ami qui s'est inquiété pour moi.

    C'est à partir de ce moment-là que cette fille, que je pensais être mon amie, a tout fait pour détruire ma vie sociale. En l'espace d'un mois, j'ai perdu mes amis. Je n'avais plus personne à mes côtés dans cette université, tous étaient contre moi, tous me rejetaient. Cette fille, elle les a manipulé. J'ai tenté d'y retourner mais je sentais leurs regards me dévisager. Je ne pouvais plus me sentir à ma place.

    Plus les jours passaient, moins j'allais à l'université. Cette boule au ventre ne voulait pas me laisser tranquille. 

    Moins j'allais à l'université, plus j'allais voir Francis. 

    Plus j'allais voir Francis, plus mes sentiments pour lui étaient forts. 

    Francis en aimait deux autres, il m'était impossible d'accepter ça. Je n'avais aucun pilier sur lequel je pouvais m'accrocher. L'amour me faisait mal, la trahison des amis était insupportable, je n'avais jamais pu compter sur la famille et à présent je décrochais de mes études. Je n'avais plus d'argent pour survivre. Avais-je encore une raison de rester ici ?

    J'ai simplement sauté dans le vide.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Novembre 2017 à 22:32

    Et c'est la mort du fun ! En avant-première, mesdames et messieurs ! Prenez du pop corn et asseyez-vous, ça va être grandiose !

    Bref, ouais, je me suis sentie mal, alors je préfère le prendre à la rigolade ^^. Mais en dehors du côté vraiment ressenti du texte, plusieurs points dans la forme clochent : ta coordination des temps notamment, on a du mal à se repérer dans la chronologie de l'histoire à cause de ça. Et quelques fautes d'orthographe se baladent, mais rien de criminel pour mes pauvres yeux ;)

    Bref, j'aime bien ce texte, il exprime des sentiments très profonds et très négatifs tout en gardant une forme esthétique en ontraste avec la laideur des événements.

      • Dimanche 5 Novembre 2017 à 11:28

        C'est sûr que ce n'est un pas texte très joyeux. Ah ? 

        D'accord merci pour ton avis !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :