• Passion

    12.10.16

         Mon amour, tu es ce qui me manque aujourd’hui. Rien d’autre que toi ne réussit à me combler. Sans toi le vide est toujours présent. Un vide que je tente de combler de toutes les façons, peu importe la personne que je vois, elle n’est jamais à ta hauteur. Alors je cède à mon addiction qu’est la nourriture. Je me remplis jusqu’au dégoût, je me noie dans la graisse de mon corps. J’ai beau remplacer cette addiction par une autre, ce n’est pas suffisant. Me bousiller les poumons ne fait qu’empirer les choses.

    Parfois je souris mais ça ne dure jamais assez longtemps. Il m’est impossible d’accepter le fait que je sois loin de toi. Souviens-toi de cet été lorsque je passais des heures chez toi à parler, fumer et faire l’amour. Tu n’étais pas grand-chose pour moi puis tu es devenu la personne qui faisait le plus attention à moi parmi tous ces étrangers qui disaient tenir à moi. Je me suis attachée à toi, tellement, d’un amour fou et passionné. Je te réclame et toi tu me fuis. Comme les autres, tu ne voulais que du sexe de moi. Je n’ai aucune autre valeur, je ne suis rien. A présent tu ne me donnes plus aucune nouvelle, tu dois sûrement t’être lassée de moi.

    Je t’aime. Je n’ai jamais pu te le dire directement. Je suis toujours passée par des « J’ai des sentiments pour toi ». Mais je ne t’ai jamais prononcé ces mots si précieux. Mais qu’en as-tu à faire ? Rien du tout. Une partie de moi continue de penser que tout est de ta faute. Tout pouvait se terminer lorsque tu m’as rejetée, j’aurais peut-être eu plus de facilités à t’oublier. Mais il a fallu que tu me recontactes pour un prétexte idiot. Tu m’as dit ces mots gentils pour me convaincre d’être de nouveau ton objet.

    Et moi, naïve, je t’ai cru lorsque tu disais que je te manquais, alors j’ai accepté. Tu m’as donné de l’affection, tu étais attentionné pendant un court temps. Puis quand tu as compris que je t’appartenais tu as de nouveau été froid et distant. Je serais capable de me jeter dans les bras de n’importe qui pour t’oublier, tu ne me rends pas heureuse. Arrêtons tout, laisse-moi oublier notre « histoire » ou cette histoire de cul à tes yeux.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :