• Rires diaboliques

    26.04.13

         Quand j'étais petite, avant son départ, mon père ne cessait de me répéter "Et ne va surtout pas dans la troisième chambre, d'accord ?" je répondais toujours oui. Il partait souvent pour des voyages pour son travail. Moi j'attendais dans cette grande maison avec les serviteurs et ma nourrice, et devant ma fenêtre j'attendais le retour de mon père. Cette année là, pour mes huit ans il était absent.

    Huit ans plus tard, il n'est toujours pas rentré. Je n'arrêtais pas de me poser des questions "où est-il ?" "qu'est ce qui lui est arrivé ?". Je n'avais toujours pas compris pourquoi il m'interdisait d'aller dans la troisième chambre. Cette nuit-là, je décidai de percer ce mystère. Arrivée devant la troisième chambre, je restais figée un bon moment. Puis j'ouvris la porte doucement, c'était une pièce vide avec seulement un miroir. Je m'approchai de ce miroir et je vis qu'il était cassé. La porte se referma soudainement je sursautai, dans ma tête je me disais "Calme, ce n'est rien" mais en vérité j'étais terrorisée. J'avais voulu passé ma main sur le miroir brisé et je m'étais coupée. Soudain, le miroir ouvra un passage, étais-je en train de rêver ? Il commença à m'entraîner, je tentai de prendre n'importe quoi pour me retenir. Je n'avais pas réussi à accrocher le sol et j'étais transportée. Où étais-je ? Je ne cessais de tourner sur moi-même et je fus entraînée vers le sol en même temps. J'entendais des rires, des rires diaboliques, je me mis les mains sur les oreilles pour ne pas les entendre. J'avais peur de m'écraser, mais arrivée à la destination finale j'étais posée délicatement sur le sol. Je restai paralysée pendant cinq secondes et je me relevai immédiatement.

    Autour de moi se trouvait un décor paradisiaque, je cru rêver. Des licornes sautaient sur les nuages, je fis de même et je passai à travers les nuages. Les licornes étaient devenus des diables qui me regardaient avec leur sourire malveillant. J'étais en train de tomber, je gigotai mes mains pour me retenir à quelque chose mais rien à faire, je tombai dans le vide sans savoir où était la fin. Arrivée au sol, j'étais gravement blessée. Je vis à peine de lumière, mais j'entendais toujours leurs rires. Je pleurai toutes les larmes de mon corps, la seule personne que je voulais, c'était mon père. J'ai attendu longtemps, longtemps, et encore plus longtemps. Je ne savais même plus combien de temps cela faisait que j'étais ici. Cinq jours ? Deux mois ? Dix ans ? J'étais devenue folle à cause d'entendre ces rires maléfiques, j'avais des hallucinations, je voyais mon père, il rentrait enfin. J'aurais voulu être forte, mais je n'ai pas réussis et je m'étais donnée la mort.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :