• Sur le sol

    24.10.17

    Sur le sol     J’ai finalement compris que la force, je devais la trouver en moi. J’ai compté sur vous, mes anciens amours, pour avoir cette capacité d’avancer. Je suis devenue dépendante de l’homme, j’ai créé cette phobie de me retrouver seule, je me suis sentie prisonnière de l’amour que j’éprouvais en me négligeant.

    D’apparence, je suivais mes désirs. Et pourtant, je me suis oubliée moi-même dans cette passion. Temporairement, j’ai perdu mes valeurs. Le choc de ces ruptures était minime, comme si je savais déjà que ces relations ne mèneraient à rien, qu’elles étaient destinées à mourir.

    J’avais constamment le besoin d’être rassurée, de me sentir aimée afin de ne plus avoir à ressentir la peine d’un amour non réciproque. Remords et regrets. Je vous ai idéalisé, je vous ai vu comme mon avenir alors que vous n’étiez qu’une courte période dans cette vie. J’ai cru à vos belles paroles, à vos gestes de générosité. Hypocrisie. Vous m’avez menti tous les deux, vous m’avez culpabilisé alors que vous étiez autant des bourreaux que moi.

    Nous sommes autant des victimes que des bourreaux. Nous nous sommes causé des souffrances mutuellement. Enfin, si je faisais confiance en vos discours, c’est ce que je pourrais penser. En revanche, si je froisse mes sentiments, si je les réduis en miette, je constate que vous allez bien. Bien mieux que moi il y a quelques jours lorsque je marquais ma peau à vie.

    Francis, toi qui n’a pas eu tant de difficultés que ça à me dire adieu et à aimer tes deux princesses.

    Arthur, qui quelques jours après qu’on se soit quitté, m’a déjà remplacé par cette fille innocente et nymphomane à la fois, qui ne te dirait pas non. J’ai d’abord fait la conclusion que j’étais dégoûtée de l’amour et du sexe. J’ai pris possession de l’amour que j’éprouvais, ne me laissant plus contrôler par mes émotions, je l’ai mis dans une boîte que j’ai fermée à clé et je l’ai jeté quelque part au fond du sous-sol de mon âme. Je n’oublie pas mais je tourne la page.

    Puis, lorsque tu t’entoures de personnes qui croient en leurs rêves, qui t’encourage, qui te montre qu’il y a un avenir pour toi aussi, qui t’apporte cette lumière que tu attendais désespérément, tu visualises de nouveau qui tu étais et qui tu souhaites devenir. Tu visualises la voyageuse à la quête d’expériences et de rencontres enrichissantes, l’écrivaine qui inspire les autres, la sportive qui a pour objectif de devenir toujours plus forte, la combattante qui saura se défendre contre les agressions et les mots, l’ambitieuse qui compte faire de ses souhaits une réalité et enfin cette femme indépendante et libre qui a confiance en elle, qui s’entoure de modèles de réussite et qui sera capable d’aimer de nouveau.

    Gratitude à cet ami qui m’a, inconsciemment peut-être, tendu la main alors que j’étais sur le sol.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Novembre 2017 à 21:16

    J'ai pas grand chose à dire. C'est pas super constructif, mais c'est beau. Un peu sombre et triste, mais beau... !!

      • Vendredi 10 Novembre 2017 à 21:51

        Merci ! :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :